Difficile aujourd’hui de passer à côté de l’intelligence artificielle ou du moins de ne pas l’envisager dans un futur proche. Annoncé comme un phénomène qui va révolutionner notre société, l’IA est déjà en train de révolutionner certains métiers.

Si des secteurs comme l’industrie ou la santé sont plus demandeurs, voici pourquoi vous devriez aussi vous y pencher.

« L’innovation : plus qu’un mot, ce sont des actions. Grâce à l’intelligence artificielle (IA) on ne marche pas, on ne court pas, on vole »

Microsoft, 2018

L’origine de l’intelligence artificielle

Selon Woody Allen, « L’intelligence artificielle se définit comme le contraire de la bêtise naturelle ».

Avec l’émergence des milliards de données récoltées chaque seconde dans le monde, impossible pour l’humain de toutes les traiter. Associée aux objets connectés et aux bases de données, l’exploitation de la data devient de plus en plus importante. Ainsi, l’AI nous permet de donner du sens à toutes ces données.

L’intelligence artificielle comme on l’entend aujourd’hui, a vu ses premiers jours dans les années 1940. Longtemps étudiée par des chercheurs et des grandes entreprises telles que Google ou Microsoft, cela fait seulement quelques années que nous commençons à l’intégrer dans la stratégie de nos entreprises.

A voir : de 1950 à 2017 la chronologie des avancées de l’IA.

Avec un développement constant, l’intelligence artificielle peut paraître tellement complexe que certaines entreprises la redoutent. Pourtant, l’IA se démocratise de plus en plus. Il existe même aujourd’hui certaines applications faciles à utiliser.  

L’IA, une technologie qui va changer votre quotidien

Mr Burns Heart GIF

L’intégration de l’intelligence artificielle dans son business model est un vrai avantage compétitif. En effet, les entreprises qui réussissent à déployer l’IA à grande échelle, ont une grande longueur d’avance sur leurs concurrents. Même si cela peut s’avérer coûteux dans un premier temps, cette technologie permet de faire des économies et même rapporter du chiffre d’affaires supplémentaire. Automatiser certaines tâches, développer de nouveaux services, tout est fait pour gagner du temps et donc de l’argent.

La compétitivité des entreprises passe aussi par l’analyse des données en temps réels (machine learning, deep learning…). Cela peut s’avérer être une vraie mine d’or si celle-ci est maitrisée, et certaines entreprises l’ont très bien compris.

La transformation digitale des entreprises passe donc aussi par cet aspect. L’IA joue en effet un rôle sur les quatre piliers de la transformation digitale des entreprises, à savoir : l’engagement de ses clients de façon plus efficace, plus d’autonomie pour ses collaborateurs, l’optimisation des processus internes et le développement de nouveaux produits ou services.

De plus, contrairement à ce qu’on pourrait penser, cette technologie n’est pas seulement limitée à un cercle restreint. Dans le domaine du marketing par exemple, elle est souvent utilisée via les chatbots, ou encore dans le domaine de la santé pour la détection de certaines maladies.

Par exemple, chez Publicis, quand un nouveau projet est lancé, un assistant virtuel identifie et réunit les profils les plus compétents pour travailler sur le projet. Quand à Uber, la startup a développée aux Etats-Unis une application qui permet de reconnaître les visages de ses chauffeurs et ainsi garantir leur identité et leur habilité. La confirmation de l’identité est envoyée par la suite aux clients.

Le développement de l’intelligence artificielle en France

Soixante ans après la course à la Lune, chaque pays cherche à devenir le leader en matière d’IA et bien entendu la France en fait partie. En 2018, notre Président affichait même son ambition : « placer la France en position de leader de l’intelligence artificielle ».

Aujourd’hui notre pays occupe la 7ème position du classement mondial et ne manque pas d’atouts dans ce domaine : plus de 5 300 chercheurs de haut niveau, plus de 1 000 étudiants formés dans 18 masters spécialisés, et de nombreux financement pour les startups françaises qui travaillent dessus.

La France joue un rôle moteur dans la recherche mondiale en intelligence artificielle. Facebook y a installé notamment son hub européen Facebook Air Research, ainsi que Google et son centre de recherche juste à côté du Lab IA de Criteo. En plus des chercheurs et des formations que possède notre pays, l’Etat dispose aussi d’un budget important pour le financement des recherches et des acteurs qui y contribuent.

Quelques chiffres : en 2015 le marché de l’intelligence artificielle pesait 200 millions de dollars. On estime qu’en 2025, il s’élèvera aux alentours de 90 milliards de dollars.

Les freins de l’IA

robot, IA, une révolution qui fait peur
Photo by NeONBRAND on Unsplash

Et si les robots venaient à surpasser l’homme ? Cette question hante depuis toujours l’imaginaire collectif, et encore plus depuis que l’on travaille sur le développement d’une intelligence artificielle, capable d’apprendre par elle-même, et ce grâce aux progrès du deep learning.  

Comme toute révolution, ces nouvelles technologies suscitent des inquiétudes et des rejets. Peur de l’inconnu, peur de se retrouver devant quelque chose qui nous dépasse, etc. Malgré toutes les interrogations, l’intelligence artificielle est sur le point de tout remettre en cause, incitant les entreprises à accélérer ou commencer leur process de transformation digitale. Et cela s’explique par le comportement des consommateurs de plus en plus connectés.  

Et quant à la question, si des emplois vont être supprimés suite à l’apparition de ces nouvelles technologies, la réponse est oui. Néanmoins à long terme, de nouveaux métiers vont émerger. La formation devient alors, de plus en plus une priorité.

Le saviez-vous ?! L’IA fait déjà partie de votre entourage et ce, depuis quelques années. Vous en doutez ? Avez-vous déjà posé une question à Siri ou à Alexa, ou encore utilisé des sites de traduction ? Sans nous en rendre compte, nous utilisons presque quotidiennement ces nouvelles technologies qui nous facilitent la vie au quotidien. Et c’est loin d’être terminé.

A lire aussi : « Cyber attaque, le soft power des entreprises »

Avatar
Author