Beaucoup d’entrepreneurs vous conteront le fait que le déclic de se lancer s’est effectué après un voyage à l’étranger — d’une durée minimum de 6 mois — distinguons ici les voyages où l’on se met dans la peau d’un habitant et non dans celle d’un vacancier. En effet, le voyageur développe des compétences similaires à celles qui permettent de monter son entreprise. Véritable expérience de vie, tous ceux qui l’ont vécu vous conseilleront de la vivre. 

Les similitudes entre le voyage et l’entrepreneuriat

Un projet de voyage, comme celui de monter son entreprise, se prépare en amont; on ne peut pas partir pour six mois-un an (voire plus) à l’étranger sans avoir prévu de budget, de fil directeur, la marche à suivre à court, moyen et long terme. À moins d’être totalement inconscient. Il nécessite en premier lieu des compétences organisationnelles et stratégiques.

Cela reste néanmoins un grand plongeon, quand on s’y lance pour la 1ère fois. On a beau avoir tout préparé dans notre tête, le vivre sera une expérience à part entière, avec ses imprévus, ses découvertes. Nous nous retrouvons coupés de nos proches, de notre famille, nos amis, notre culture, face à nous même et perdus dans cette nouvelle jungle baignée de facteurs inconnus. Nos repères tout entiers volent en éclat. De nouvelles règles apparaissent. Il faut se raccrocher, vite. Magnifique instinct de survie dont est faite la nature. 

Une période transitoire d’analyse, d’apprentissage, où il faut s’adapter rapidement, se met alors en place. Toute transition est difficile : c’est la zone où nous lâchons ce que nous connaissons, notre confort, pour innover et créer. C’est psychologiquement éprouvant et ça bouffe une énergie considérable ! Mais ça éveille une certaine créativité, que l’on pouvait ne même pas soupçonner, cachée au plus profond de nous. Force est de constater que l’on est obligé d’être débrouillard, inventif, courageux parfois…et ouvert d’esprit ! 

Au fil des mois, un déclic se produit sans que l’on ait pris le temps de dire “ouf” : la période de rush intense, où notre cerveau en ébullition permanente, cesse; tout semble couler de source avec une évidence déconcertante. Nous arrivons même à comprendre cette logique de départ qui nous dépassait. Ça y est, nous sommes passés de l’autre côté de la barrière; nous rêvons dans 2 langues différentes et nous comprenons les 2 points de vue sans défendre un parti plus que l’autre, “c’est ni mieux ni moins bien, c’est différent” entendez-vous vous dire.

Vous constatez que vous avez dû tout déconstruire pour reprendre de zéro et, que vous avez déjà pu poser avec brio les fondements de votre nouvelle vie. Un soupir de soulagement et tout part de plus belle. 

Les rencontres, les expériences, les coups de folie, et les puits sans fond aussi, marqueront cette période au fer rouge. Vous avez réussi à vous surpasser, même au moment où vous pensiez sombrer, du jour au lendemain, parce que vous aviez oublié un détail dans le code. Maintenant, vous connaissez le process et, même s’il vous arrive encore d’avoir peur ou de douter, vous savez que vous y arriverez, quoiqu’il advienne.

Vous devriez lire aussi : Travail et voyage : 5 raisons de devenir un digital nomade

Avatar
Author