Votre startup est maintenant bien lancée et vous souhaitez faire votre première levée de fonds ? Vous souhaitez anticiper un besoin de financement ? Voici 5 questions à se poser pour tirer un maximum d’avantages sur votre première levée de fonds.

Parmi les nombreux choix qui s’offrent à vous auprès de divers investisseurs (privés ou publics), pas toujours facile de prendre la bonne décision. Quand la grande majorité des entreprises françaises financent leurs croissances grâce au financement bancaire, certaines s’aventurent sur le (long) chemin de la levée de fonds… pas toujours comme il le faudrait. Et si avant de commencer, vous vous posiez les (5) bonnes questions ?

1. Pourquoi lever des fonds ?

La levée de fonds peut répondre à différents besoins de l’entreprise :

  • aider ou accélérer son développement en France ou à l’international
  • financer un besoin en fond de roulement (stocks…)
  • réaliser un gros investissement (investissements en R&D, en développement commercial ou production…)
  • ou tout simplement, démarrer son activité !

Cette opération doit impérativement servir la vision de l’entreprise. Il n’y a d’ailleurs pas de critères pour pouvoir entamer une levée de fonds. Néanmoins, ce financement est généralement plus approprié pour les projets à forts potentiels de développement sur un horizon de 3 à 5 ans. Il est donc important de déterminer qu’elle sera l’objectif stratégique de cette levée de fonds, et d’identifier les leviers de croissance sur lesquels vous allez pouvoir vous appuyer.

Par exemple, en investissant X€ dans votre campagne de communication, cela augmentera de X% votre trafic sur votre site internet et donc de X% votre chiffre d’affaire.

2. Quand lever des fonds ?

Si vous n’avez pas encore lancé votre activité ou que vous venez de créer votre startup, il est déconseillé de taper aux portes des investisseurs. En effet, faire une levée de fonds trop tôt pourrait avoir de lourdes conséquences sur votre startup :

  • Prendre le risque de ne pas adapter votre projet au marché. En effet, nombreux sont ceux qui « plantent » leur projet au début, pour finalement réadapter celui-ci en fonction de la demande. Enfin, il est important de faire ses preuves avant de convaincre de potentiels investisseurs.
  • Sachez également que le temps passé sur la levée de fonds est du temps en moins consacré au développement de votre activité et donc un risque de baisse du chiffre d’affaires pendant quelques temps. Il conviendra donc de s’assurer que vous disposez d’une trésorerie nécessaire afin de subvenir aux éventuels besoins, le temps de l’opération.

Il est tout de même possible d’obtenir des fonds avant même d’avoir créé votre entreprise. En effet, d’autres moyens de financement, autres que les investisseurs, existent tels que le love money, le crowdfunding, les subventions d’états ou encore les concours d’entrepreneuriat (on en parle un peu plus bas). L’avantage de ces méthodes de financement est que vous gardez votre liberté ainsi que le contrôle de votre entreprise.

3. Suis-je prêt(e) à partager le pouvoir de ma startup ?

partage de pouvoir
Prêt(e) à partager les décisions stratégiques ? Photo : John Schnobrich – Unsplash

L’entrée au capital d’un investisseur, ne signifie pas uniquement l’obtention d’un financement, c’est aussi céder des parts de l’entreprise, et donc de partager les décisions stratégiques. La gouvernance devra par la suite se structurer différemment, via des reportings par exemple. Cela implique aussi que la marge de décision des fondateurs se réduit au fur et à mesure de l’intégration progressive de nouveaux investisseurs.

4. Est-ce le financement le plus adapté ?

La levée de fonds est souvent associée aux Business Angels ou à des fonds d’investissement, qui financent l’entreprise en échange de parts au capital.  Cependant, avant de s’initier à cet exercice, il est impératif de prendre en considération l’ensemble des autres sources de financements possibles, et notamment :

  • L’autofinancement, c’est-à-dire la capacité de l’entreprise à financer ses investissements avec ses propres moyens financiers. Via une optimisation du BFR ou une opération de réduction des coûts ou encore de cession partielle, par exemple.
  • L’emprunt bancaire, qui implique obligatoirement un remboursement selon un échéancier préalablement défini. En contrepartie, l’organisme prêteur perçoit des intérêts. Par ailleurs, il est fortement recommandé d’avoir au moins deux banques.
  • L’État est aussi une source de financement via les aides BPI France, les subventions régionales et départementales…
  • Le « love money », autrement appelé, collecte de fonds auprès de l’entourage. Il est généralement utilisé pour un financement rapide. Il s’agit de l’argent de sa famille, de ses amis, de proches, qui deviennent alors actionnaires de votre startup. ­La somme est souvent inférieure à 50K€. 
  • La participation à des concours, lors de la création de votre startup, pour obtenir un moyen de financement. Ils sont souvent organisés par des associations, des écoles ou encore des fondations. La participation à des concours est aussi un excellent moyen de réseautage ou de se faire connaître auprès de potentiels clients, partenaires et investisseurs.
  • Le financement participatif, appelé aussi « crowdfunding ». Il consiste à s’adresser à un large public pour récolter des fonds. Aujourd’hui, de plus en plus d’entrepreneurs proposent une contrepartie afin d’encourager les internautes à soutenir financièrement leur projet.

5. Comment intéresser les investisseurs ?

Gif Je te veux
I want you !

Nombreux sont ceux qui partent à la recherche de fonds. Afin de séduire et persuader, appuyez-vous sur les points suivants :

Le pitch : C’est l’élément fondamental pour exposer son projet et ceux de façon très courte. Il se doit d’être préparé avec minutie. Une accroche percutante dès le début et un storytelling intéressant susciteront la curiosité. Afin de vous préparer à cet exercice, de nombreux ateliers existent (et même gratuits). Pitchez également devant vos proches en leur demandant de jouer le rôle d’investisseur. Préparez-vous aux objections. Certains investisseurs essayeront de vous déstabiliser afin de vérifier la fiabilité de votre projet. Enfin, soignez votre attitude et faites preuve de passion. Une personne motivée et enthousiaste aura plus de chance d’attirer l’attention. Soyez curieux des personnes devant qui vous allez pitcher. Prenez la peine de regarder leurs profils Linkedin (après tout, c’est toujours mieux de connaître ses potentiels futurs investisseurs).

Il existe de nombreux investisseurs qui se distinguent par leur secteur privilégié d’investissement, le stade de développement des cibles éligibles etc…

Enfin, il convient de s’assurer de la capacité de l’investisseur à mettre à disposition un réseau et des expertises métiers nécessaires au développement de la startup.

Le business plan : C’est la carte de visite de votre projet. Il est essentiel à la compréhension de votre concept et contient les éléments qui démontrent le potentiel de votre startup. Faites des prévisions financières réalistes. De plus, connaître son business plan sur le bout des doigts, vous permettra de répondre aux questions et d’asseoir votre crédibilité et votre sérieux.

Structurer le capital : Avant toutes levées de fonds, il est primordial de définir la répartition du capital entre les associés afin de préparer l’arrivée des nouveaux capitaux des futurs investisseurs.

Il est important de s’assurer du bon équilibre entre dettes et fonds propres. Une entreprise endettée sera moins attrayante aux yeux des investisseurs.

Bien sûr, ce ne sont que des suggestions de pistes ;).

Remarques :

La levée de fond est une opération juridique à haut risque pour l’investisseur comme pour le créateur. L’assistance par des professionnels possédant de bonnes connaissances de ce genre d’opérations est importante. Notamment les professionnels du droit dont l’expertise est recommandée lors de la négociation et de la rédaction des actes juridiques. Un expert-comptable saura vous donner aussi un avis sur la faisabilité des objectifs fixés dans l’accord.

De plus, portez attention à toutes les clauses. Nombreux sont ceux qui se trouvent dans une posture délicate quelques années après leur levée(s) de fonds.

Avatar
Author